Aller au contenu principal

Connexion

Technologie

Construire sa maison passive à 1000€ / m², désormais possible

F. M. | 4 juillet 2016, 16h30

Il est désormais possible de proposer des maisons à hautes performances énergétiques à bas prix. Le tout sans mettre de côté la créativité architecturale. Un système constructif novateur qui pourrait bouleverser le monde de l’immobilier. Découverte de la société Gardapamba,  fondée par Nicolas Salkin et Olivier Stas.

bg-maison-passive.jpg

un système constructif novateur

Inverser la manière de construire une maison... débuter par les finitions intérieures avant de s’attaquer au revêtement extérieur. C’est ce que propose Gardapamba.
En construisant ainsi, la société évite une série de contretemps et propose des intégrations et finitions parfaites.
« Vu les enjeux énergétiques, je pense que le grand public est aujourd’hui prêt à franchir le pas. Il est davantage conscient de l’importance de posséder un logement efficient sur le plan énergétique. Notre objectif est de concevoir une habitation idéale, chaude et confortable, dont les coûts de construction sont les plus bas possible, sans abaisser la qualité de fabrication » explique Nicolas Salkin, cofondateur de l’entreprise générale de construction Gardapamba.

Aujourd’hui, pour améliorer la performance énergétique des bâtiments, il faut travailler sur deux axes principaux :

  • l’amélioration du niveau d’isolation des murs, du sol et de la toiture
  • l’augmentation de l’étanchéité à l’air.

Pour y arriver, on empile les couches d’isolants, ce qui augmente les coûts alors que la suppression des ponts thermiques n’est pas toujours simple. Pour répondre à cela, Gardapamba a conçu une enveloppe unique (sol, mur, toit), d’un seul tenant, qui est techniquement une coque continue, sans joint, garantissant les fonctions principales d’une maison sans faille ni raccord. 

La maison passive de Gardapamba est 30 fois moins lourde qu’une maison traditionnelle

L’ensemble de la construction est entièrement réalisée sur site avec un procédé relativement rapide puisqu’une maison est construite en trois à quatre mois, au lieu des neuf à douze mois habituels.
Après la mise en place d’une dalle et d’une masse thermique placée dans l’enveloppe (NDLR : de la mousse cellulaire synthétique), un squelette de la maison est mis en place. Il comprend :

  • la face interne des murs extérieurs et de la toiture
  • les châssis
  • la ventilation
  • la totalité des conduites (eau, électricité, réseaux)

Une fois cette étape réalisée, un pare-vapeur est appliqué par pistolage sur la face externe de l’ensemble. Vient ensuite l’isolant dur qui est coulé autour de l’ensemble des murs et de la toiture, dans la continuité de celui du sol. La face externe de l’isolant peut alors recevoir les finitions extérieures de mur et de toiture, que ce soit des enduits, tuiles, bardages ou bois. Et finalement, la maison est trente fois moins lourde qu’une maison traditionnelle !

La paroi continue...

Sur le plan énergétique, la principale astuce réside dans la mise en place d’une paroi continue, là où habituellement l’addition d’isolants traditionnels entraîne des déperditions (et des surcoûts). Le fait d’avoir un très haut niveau d’étanchéité à l’air et une absence de parois froides permet de maintenir une température qui oscille entre 20 et 23 °C.
Pour le reste, ce système de construction n’entrave en rien la créativité architecturale. Il est possible de concevoir des projets les plus divers et ambitieux et réaliser aisément des détails tels que les descentes d’eau et corniches, le tout intégré dans les parois. Il s’agit vraiment d’un concept novateur. Les perspectives de développement sont en tout cas importantes. Et il s’agit, de plus, d’une belle réponse aux questions d’accessibilité au logement. 

Pour un montant plus qu’attractif de 1 000 euros/m² (hors TVA et terrain). La construction de cinq maisons quatre façades (176 m2) sera lancée dans les prochaines semaines à Vielsalm (Luxembourg). Le premier volet d’un projet qui pourrait être de grande ampleur.
Un des objectifs de ces prochains mois sera notamment de démarcher le secteur du logement public et des communes. Des institutions qui possèdent, le plus souvent, du foncier et qui pourraient développer d’intéressants projets immobiliers à prix réduit

maison passive bois avec terrasse.jpg

Source : lesoir.be - gardapamba.eu - architectureetconstruction.com - polyarchitecture.net - maisonsbois.canalblog.com

 

►Inscrivez-vous gratuitement sur le site pour laisser vos commentaires

Ajouter un commentaire